Avec la participation du comédien Guillaume de Tonquédec

REJOIGNEZ LES CHERCHEURS, DEVENEZ DÉCOUVREUR D’ESPOIR

Vaincre les maladies du cerveau est un combat qui nous regarde tous.
Pour le remporter plus vite, notre force, c’est vous.

Je fais un don
Maladie de Parkinson

traiter la zone responsable du tremblement pour le réduire au maximum.

LE PROJET

L’essai clinique consiste à coupler deux technologies : les ultrasons focalisés et l’IRM.

Appliqués à basse intensité, les ultrasons servent à neuromoduler l’activité d’une région ciblée du thalamus, c’est-à-dire à modifier brièvement l’activité de celle-ci.

Son efficacité est vérifiée en temps réel par la disparition immédiate des tremblements. L’IRM permet de visualiser et de localiser la région à traiter et de contrôler l’intensité des ultrasons.

L'ESPOIR

Ce projet est une avancée importante car il permet d’accéder à un traitement peu invasif, personnalisé et ciblé tout en limitant les effets secondaires.

J’ai appris que j’avais la maladie de Parkinson à 64 ans. Avec mon épouse, nous adorions faire de la randonnée, mais depuis quelques années, j’éprouve des difficultés à marcher. Aujourd’hui, je suis aussi victime de tremblements invalidants. J’ai peur que la maladie évolue vite et de devenir un poids pour mes proches. Mais je reste optimiste et je compte sur les chercheurs !

Bernard, 73 ans

1

nouveau cas diagnostiqué toutes les heures

2ème

cause de handicap moteur chez les personnes âgées

150 000

personnes atteintes en France

Tumeurs cérébrales

augmenter fortement l’efficacité des traitements et limiter les risques liés aux récidives.

LE PROJET

Grâce au dispositif SonoCLOUD, développé par le Pr Alexandre Carpentier et la société CarThéra, il est désormais possible de faciliter l’entrée des traitements contre les tumeurs cérébrales dans le cerveau grâce aux ultrasons, qui rendent temporairement perméable la barrière hémato-encéphalique.

L’objectif de l’essai européen SonoFIRST, financé par la Communauté Européenne, et dont le Pr Ahmed Idbaih, est l’investigateur principal, est de prouver sur une large cohorte de patients, que les traitements de chimiothérapie associés aux ultrasons améliorent la survie des patients. L’équipe de recherche du Pr Marc Sanson et d’Emmanuelle Huillard à l’Institut du Cerveau participera à cette étude en analysant les phénomènes biologiques sanguins suite aux ultrasons : indices d’efficacité, réveil des défenses immunitaires.

L'ESPOIR

Ce projet constitue un espoir d’optimiser les effets des traitements existants pour atteindre plus efficacement la tumeur cérébrale.

Je venais d’avoir mon second enfant, quand la nouvelle est tombée : j’étais porteuse d’un glioblastome, l’une des tumeurs du cerveau les plus agressives, inopérables dans 30% des cas. Aujourd’hui, grâce aux traitements, la tumeur est stabilisée. Même si elle peut récidiver, j’ai décidé d’y croire car la recherche avance.

Léonore, 40 ans

10 000

nouveaux cas détectés chaque année en France

2ème

cause de cancer chez l’enfant

70%

des malades ont entre 45 et 70 ans

Troubles obsessionnels compulsifs

RENCONTRE AVEC...
Le Pr Luc Mallet, psychiatre (APHP-Sorbonne Université) et chercheur à l’Institut et le Dr Éric Burguière, chercheur CNRS et chef d’équipe à l’Institut

LE PROJET

La stimulation cérébrale profonde, une technologie déjà utilisée couramment dans la maladie de Parkinson ou d’autres pathologies du mouvement, a également une efficacité dans la réduction des TOC.

Aujourd’hui, le groupe de chercheurs dirigé par Éric Burguière va plus loin : identifier des profils d’activité cérébrale individuelle permettant d’anticiper l’arrivée de symptômes pour délivrer une stimulation avant leur survenue, et ainsi réduire leur fréquence de manière plus efficace.

L'ESPOIR

Pour le tiers des patients atteints de TOC sévères et résistants aux traitements habituels, ce projet constitue un réel espoir de bénéficier d’une solution thérapeutique efficace qui pourrait les libérer au maximum de ces troubles et de retrouver une vie sociale et professionnelle.

Timothée avait 13 ans lorsque l’on a mis un mot sur ses troubles : les TOC, une maladie trop peu connue et une souffrance pour lui comme pour toute la famille. Nous avons essayé différents traitements et thérapies pour l’apaiser mais les troubles reprennent toujours le dessus. Aujourd’hui, nous nous accrochons avec lui aux espoirs que la recherche nous donne.

Valérie, 57 ans

2 à 3%

de la population en France touchée

20 ans

âge moyen d’apparition des troubles

Dans 25% des cas

les premiers symptômes apparaissent avant 14 ans

Rejoignez les découvreurs d’espoir
en faisant un don
avant le 31 décembre

et bénéficiez de vos avantages fiscaux.

80€

soit 27 € après la déduction fiscale

170€

soit 58 € après la déduction fiscale

400€

soit 136 € après la déduction fiscale

Autre montant

Votre don finance 4 axes de recherche à la hauteur des enjeux

Prévenir

C’est-à-dire retarder l’arrivée des premiers symptômes.

Soulager

C’est-à-dire atténuer ou supprimer les symptômes tels que la perte de mémoire, les troubles du langage, la douleur, l’angoisse, la dépression…

Réparer

C’est-à-dire reconstruire les zones endommagées après une atteinte du système nerveux.

Guérir

C’est-à-dire stopper l’évolution de la maladie et trouver des traitements efficaces.